+225 20 20 08 76 / +225 05 07 87 57 information@agirensemble-ci.org

Quelques idées pour la création d’emploi en Côte d’Ivoire

Quelques idées pour la création d’emploi en Côte d’Ivoire (3)

Cela fait 10 ans que mon beau-frère a brillamment obtenu la maitrise en Sciences de la Nature à l’Université d’Abobo-Adjamé. Depuis lors, toutes ces tentatives de décrocher un boulot, au privé comme au public, ont été soldées par des échecs cuisants. Il a passé tous les concours imaginables sans succès. Il a fini par ouvrir une cabine téléphonique au quartier pour pouvoir joindre les deux bouts.

 Il y a un an, lorsqu’excédé par ces échecs répétitifs en matière de recherche d’emplois, il m’a approché pour demander mon aide pour s’acheter un taxi et se mettre à son propre compte. J’avais moi-même lamentablement échoué dans un projet de taxi woro-woro des années auparavant lorsque juste avant la fin de mon diplôme d’ingénieur j’avais pris mes économies pour m’acheter un woro-woro en prévision de la longue période de chômage qui m’attendait. Le projet avait lamentablement échoué, le moteur du woro-woro qu’on m’avait vendu n’ayant pas survécu plus d’une semaine après l’achat… Je lui ai donc conseillé de réfléchir à un projet qui lui permettrait d’utiliser ses connaissances académiques.

 Il est revenu avec l’idée d’une ferme moderne. A mesures que nous développions le projet, nous nous sommes rendu compte que nous ne pourrions obtenir de crédit bancaire sans au moins deux ans d’activités économiques traçables. Nous avons donc mis le projet de ferme moderne en stand-by et décidé de commencer avec un projet agricole maraîcher, le temps d’avoir ces 2 ans d’activités économiques traçables. Mais pour ce projet agricole, il nous fallait trouver une terre agricole. C’était le premier obstacle. Ensuite il fallait affronter la transaction foncière avec les va-et-vient entre le cédant, sa famille, les membres du village… Une fois la vente finalisée, il fallait ensuite affronter le très long parcours de l’obtention du certificat foncier, parce qu’évidemment pour obtenir un crédit bancaire, il faut fournir la preuve qu’on est propriétaire du terrain agricole… Cette phase est toujours en cours, l’étape actuelle étant que les « Eaux et Forêts » viennent confirmer que le champ, qui est situé juste à côté d’une plantation d’hévéas, n’est pas dans une forêt classée… Cela fait déjà trois semaines que attendons ce document qui ouvrira la voix pour les enquêtes qui constituent la partie la plus essentiel du processus d’obtention d’un titre foncier. Et assurez-vous, aucune de ces étapes n’est gratuite…

Pendant que le parcours du combattant du certificat foncier (rien à avoir avec le titre foncier qui lui-même sera un autre parcours du combattant après l’obtention du certificat foncier), nous avons fait mains et pieds pour débroussailler le terrain, abattre les arbres, creuser un puits et commencer les premières pépinières. Tout ceci sur fonds propre. Et nous ne sommes qu’au début…

On entend souvent dire que les Ivoiriens n’ont pas l’esprit d’entreprenariat. Cette expérience avec mon beau-frère me confirme totalement le contraire. La vraie question est de savoir ce que fait l’Etat pour soutenir cette jeunesse prête à prendre son destin en main en devenant elle-même créatrice d’emplois.

Mettre en place au plus haut niveau de l’Etat une Unité Opérationnelle d’Aide à la Création de l’Emploi ouverte 24H/24 et 7 jours/7 pour accompagner les jeunes entrepreneurs juste qu’à la maturation de leurs projets et à les aider à trouver les financements pour commencer la mise en œuvre de ces projets va créer des emplois qui eux-mêmes vont en créer plusieurs autres d’ici quelques années.

 Que pensez-vous de cette proposition ?

Leave a Reply